Newsletter Avril 18







Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) vient d’entrer en vigueur ce 25 mai 2018 et donne à chaque entreprise un nouvel ensemble d’obligations.  
Nous sommes heureux de vous compter parmi nos lecteurs, c’est avec grand plaisir que nos équipes sélectionnent pour vous tous les mois le Meilleur de l’actualité Risques et Gouvernance !
Pour continuer à recevoir nos Newsletters vous n’avez rien à faire. Toutefois si vous ne souhaitez plus les recevoir vous pouvez facilement 
Mettre à jour vos abonnements !
Nous vous rappelons qu’un lien de désinscription situé en pied de cet email est inclus dans chaque Newsletter que nous vous envoyons.

IA au profit du risk management : l’exemple de Google
 

Dans son intervention lors de la conférence RIMS 2018 à San Antonio au Texas, le Directeur des risques business et assurances de Google, Loren Nickel a présenté un nouveau modèle de risk management qui bénéficie du déploiement de l’intelligence artificielle dans ce domaine. Ainsi par exemple, Google utilise des chatbots pour réaliser de nombreuses tâches récurrentes et banales comme les demandes de certification ou la gestion de réclamations mineures. De cette façon les équipes peuvent se concentrer davantage sur des sujets plus complexes et stratégiques comme le lancement de nouveaux produits ou l’évolution de business models.
RIMS 2018: Google using chatbots for risk management tasks

Les risques du moment, analyse et réflexion 

 
Focus sur la contrefaçon industrielle en plein développement
Moins répandue que la contrefaçon de produits de luxe ou de médicaments, la contrefaçon industrielle se développe de plus en plus, en grande partie via les ventes en ligne. Si les pièces de rechange restent les plus contrefaites, il n’est pas rare de trouver sur ce marché des pièces plus insolites comme des roulements, destinés à la construction d’éoliennes.
Actuellement le secteur le plus touché reste celui de l’automobile, et le produit phare – les clés de voitures. Confrontées à un micro-trafic intense, utilisant des dépôts relais aux frontières et des livraisons en petites quantités difficilement traçables, les entreprises victimes se sentent démunies.
Pour y remédier les douanes ont engagé des actions de formation auprès de sociétés industrielles et les incitent à faire des demandes d’intervention en cas de découverte de produits contrefaits.

La contrefaçon industrielle, un fléau méconnu, mais en plein développement

 

Hypercroissance : quels défis pour les entreprises ? 
Une récente étude menée par le cabinet KPMG met en lumière trois grands défis auxquels les entreprises se confrontent  en cas d’hypercroissance.  A la première place, sans grande surprise on retrouve les difficultés liées au recrutement. Pour y faire face, les entreprises recourent aux plans de gestion des talents et des carrières ainsi qu’aux initiatives favorisant l’intrapreneuriat. L’hypercroissance entraîne également un besoin d’évolution de l’organe de gouvernance. Parmi les stratégies adoptées, il y a le recours ponctuel à des experts externes, le recrutement de nouveaux dirigeants ou encore la réorganisation des organes de gouvernance. Enfin, en troisième place des préoccupations des entreprises en hypercroissance on retrouve les questions financières : gestion de trésorerie et le besoin en fonds de roulement.  
Les 3 défis que doivent relever les entreprises en hypercroissance

 

S’adapter aux risques d’innovation
Les risques liés à l’innovation peuvent sembler si complexes et divers qu’ils sont souvent mal appréhendés. Pour apporter quelques éléments de réponse, le Morning Risk Report se penche sur une étude de PWC qui confirme l’importance de la gestion des risques pour aider à considérer et traiter ces thématiques. Les chiffres avancés sont révélateurs, les entreprises qui s’adaptent (« adapters ») parviendraient trois fois mieux à créer de la valeur en se transformant pour sécuriser leur stratégie tout en restant réactives face aux évolutions des marchés. Il s’avère que ce sont celles qui ont intégré la gestion des risques tout au long des processus d’innovation qui ont su en cerner les divers enjeux humains, technologiques, de gestion du changement etc.… et ainsi en faire des opportunités.
Striking Proper Balance Between Risk, Innovation
Retrouvez le rapport complet de PWC:  Risk and review study 2018

Actualité gouvernance, réflexion et tendance

La gouvernance fait une place aux Millenials
Pour s’extraire des analyses dominantes qui ont tendance à opposer les attitudes et aspirations des Millenials face aux managers plus « traditionnels » ou seniors expérimentés, nous vous proposons cette analyse qui tend, au contraire, à réduire ce gap générationnel. Les deux auteurs, intervenants à l’EM-LYON, suggèrent collaboration intergénérationnelle et « co-management » pour lier les modèles managériaux verticaux et horizontaux et créer de la valeur. Binômes réciproques de transmission du savoir-faire, quand il s’agit d’initier les jeunes aux modes opératoires de l’entreprise ou les seniors aux nouvelles technologies, ou encore « shadow comex », instances alternatives de jeunes cadres qui apprennent des dirigeants tout en leur apportant challenge et créativité… Soyez innovants pour impliquer, et donc fidéliser, les Millenials dans votre organisation.
 Le « shadow comex », première étape d’implication des Millenials dans la gouvernance des entreprises.

 
Deux principes de gouvernance : codétermination et mission
Au lendemain de la remise du rapport Sénart/Notat qui replace l’objet social de l’entreprise au cœur des questions de gouvernance,  cet article approfondit le débat en présentant les travaux d’une trentaine de chercheurs qui, pendant près de 10 ans, ont allié les disciplines économiques, sociologiques, anthropologiques et même politiques pour tenter de définir les missions des organisations. Deux principes ont émergé de leurs réflexions pour  affirmer les responsabilités sociales et environnementales des entreprises: codétermination et mission. Deux concepts expliqués entre autres comme la nécessité d’une participation plus ancrée des salariés dans les instances de gouvernance pour permettre, notamment, la définition et la mise en œuvre de l’objet social et collectif de l’entreprise.
 

Entreprise libérée : réalité ou chimère ?
Trois ans après la naissance du concept d’entreprise libérée, au sein desquelles les salariés ont latitude de décider par eux-mêmes des actions à mener, quel bilan peut-on tirer au regard du destin des acteurs français ? La croyance commune leur présageait une croissance organique supérieure en raison de la capacité d’innovation issue du fort engagement des salariés, or la réalité semble toute autre…  Aucune des entreprises françaises ayant adopté ce concept (Favi, Poult, Chronoflex) n’a enregistré d’innovation produit issue des salariés. Concernant l’indicateur de performance des entreprises libérées, il est difficile de se prononcer, puisque peu d’acteurs communiquent dessus. Affaire à suivre…
Entreprise libérée : quelle évolution ?

Pour aller plus loin

Banques : quel avenir dans un monde dirigé par les GAFA ?
Si le modèle traditionnel de banque n’a toujours pas disparu au profit des banques en ligne et des néobanques mobiles, il serait temps d’accorder plus d’attention aux ambitions des géants du Web qui à travers des systèmes de paiement ont déjà percé dans le secteur. Dans un climat de transformation digitale intense, accompagné d’une nouvelle réglementation européenne obligeant les banques à ouvrir l’accès de leurs données, le cabinet Deloitte s’est interrogé sur l’avenir de la banque telle qu’on la connait. Pour les experts plusieurs solutions de transformation se présentent, par exemple utiliser les interfaces clients avec une approche non exclusive en proposant les offres de tiers, d’autres banques ou des Fintech, ou au contraire se concentrer sur l’infrastructure et offrir des solutions de paiement ou encore des contrôles anti-blanchiment.
L’avenir des banques : des usines pour les plateformes de type Gafa ?

Tweet

Forward

Share

Copyright © *|CURRENT_YEAR|* *|LIST:COMPANY|*, All rights reserved.