Newsletter Mars 17






Peut-on normaliser l’innovation ?

Un essai proposé dans la Harvard Business Review nous a semblé intéressant puisqu’il analyse les mécanismes managériaux qui peuvent amener à brider les initiatives, dans des structures qui encouragent pourtant la prise de risques et l’innovation.
Sara Critchfield, fondatrice du site à succès de contenu viral Upworthy.com, écrivain et consultante, met en lumière cette dichotomie où paradoxalement se côtoient d’une part la volonté de pousser ses équipes à proposer des raisonnements différents et créatifs, la reconnaissance du mérite de ceux qui expérimentent et l’atténuation de la peur de l’échec et d’autre part une volonté de formaliser ces dynamiques jugées fructueuses, normalisées ainsi en règles de bonnes pratiques et d’amélioration continue. Une normalisation, allant justement à l’encontre des tentatives innovantes.
L’équilibre est ainsi subtil pour intégrer des pratiques managériales favorisant l’innovation sans qu’elles en deviennent des contraintes intrinsèques.

How to Push Your Team to Take Risks and Experiment

Les risques du moment, analyse et réflexion 

Fraude en Europe : le triste record des entreprises françaises
A quelques semaines de l’obligation de conformité à la loi Sapin II, quelle est l’exposition des entreprises françaises au risque de fraude et quelles sont les mesures de lutte existantes ? Une étude (cabinet PWC) montre que les sociétés françaises enregistrent le plus grand nombre de fraudes en Europe. Elles peuvent représenter entre 5 et 7 % du chiffre d’affaires d’une société. D’après les experts de Grand Thornton et PWC, cette vulnérabilité est principalement due à des insuffisances de compétences en analyses de risques et en audit investigatoire. On constate également que les directeurs et membres des Comités exécutifs restent peu formés et sensibilisés à la gestion de ces risques, ce constat plaidant pour une transformation de la culture des entreprises.
Loi Sapin II : pourquoi les entreprises françaises ne sont-elles pas prêtes ?

Devoir de vigilance des multinationales: oui à l’obligation, non à l’amende
Le non-respect de l’obligation de mise en place de «mesures de vigilance raisonnable» et d’«actions d’atténuation des risques» ne donnera finalement pas lieu à des sanctions pécuniaires, prévues initialement par le législateur jusqu’à hauteur de 30 millions d’euros, et ce en raison du caractère général et imprécis des obligations imposées aux multinationales. Telle a été la décision rendue par le Conseil Constitutionnel le 23 mars, les Sages ayant toutefois validé les dispositifs obligeant les sociétés mères et les entreprises donneuses d’ordre à prévenir les manquements éthiques, les violations des droits de l’homme et les dommages environnementaux en France et à l’étranger, engageant de ce fait la responsabilité des entreprises.
Devoir de vigilance des multinationales : le Conseil constitutionnel retoque l’amande
 
 

Coup de boost de la CNIL en matière de protection des données
Un an avant l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation européenne sur la protection des données personnelles, la CNIL met les entreprises en garde sur la nécessité de formaliser le traitement de données. Lors de la présentation de son rapport annuel, la présidente Isabelle Falque-Pierrotin s’est inquiétée du retard des entreprises de taille moyenne dans la mise en place de mesures adéquates. Le futur règlement renforce le droit des personnes, exigeant un consentement préalable à la récolte des données, ainsi que leur portabilité, sous peine d’une amande pouvant aller jusqu’à 4% du chiffre d’affaires. Pour aider les sociétés françaises, la CNIL met à leur disposition des outils clefs en main : des référentiels sectoriels ou encore des packs de conformité.
Data : la CNIL presse les entreprises de se préparer aux futures règles européennes

 

Les droits de l’homme et le monde des affaires
Tous les ans, le cabinet de conseil américain Verisk Maplecroft classe les risques pour les entreprises liés aux droits de l’homme. Cette année, en première place arrive le risque de migration et d’esclavage moderne. Les experts précisent ainsi que le durcissement des règles d’immigration aux Etats-Unis, aura pour conséquences l’augmentation de l’emploi non déclaré ou encore l’exploitation des travailleurs dans des secteurs tels que l’agriculture, le bâtiment ou la restauration. Dans le top 10 des risques, on retrouve également la multiplication des audits sociaux, le recours à la surveillance qui pose un dilemme de sécurité nationale par rapport à la liberté personnelle, ainsi que l’innovation technologique, faisant évoluer la notion d’information personnelle.
The top 10 human rights issues for business

Actualité gouvernance, réflexion et tendance

Le CAC 40, version gouvernance
Pour répondre aux investisseurs de plus en plus sensibles aux thématiques de responsabilité sociale et d’investissements responsables, mais aussi pour encourager les meilleures pratiques en termes de gouvernance, Euronext et l’agence de notation extra-financière Vigeo Eiris ont porté ensemble la création d’un indice boursier dédié à la gouvernance. Le CAC 40 Governance reprend les mêmes valeurs que le traditionnel CAC 40, mais pondère les performances des entreprises par des critères extra-financiers, plutôt que par la seule capitalisation boursière. De la rémunération des dirigeants au fonctionnement du Conseil d’Administration, en passant par le respect des droits des actionnaires minoritaires et l’indépendance des instances d’audit et de contrôle, ce nouvel indice révèle des classements surprenants, inversant parfois le positionnement des champions des performances financières.
Euronext lance un indice CAC 40 dédié à la gouvernance

Les Conseils d’Administration du futur
La composition des Conseils d’Administration a souvent été dictée par les investisseurs, certains Groupes ont par exemple séparé la fonction de Président et Directeur général. Le législateur a également imposé certains quotas. Or, dans une économie en constante évolution la diversification des membres du Conseil n’est plus uniquement une question d’âge, de sexe ou de nationalité. La diversité des compétences devient désormais centrale. Sous la pression des marchés les Conseils d’Administration sont incités à intégrer de plus en plus de profils opérationnels : à titre d’exemple les innovations technologiques ont développé la recherche d’administrateurs aux compétences digitales.
A look at Board composition: How does your industry stack up?

Pour aller plus loin

De la transformation numérique à la pollution numérique
Si certains étaient déjà conscients que l’envoi de mails et l’utilisation de data centers avaient des conséquences environnementales, l’empreinte réelle d’une digitalisation des activités reste difficile à appréhender. Un rapport du WWF et du club Green IT, qui réunit 8 grands groupes privés et publics apporte quelques précisions sur les sources de consommation électriques et d’émissions de gaz à Effet de Serre- GES. Mais il s’attache également à présenter des initiatives concrètes portées par des Directions informatiques pour réduire les énergies dédiées au stockage de données et lutter contre l’obsolescence du matériel informatique. Des initiatives qui anticipent l’évolution du contexte réglementaire qui ne devrait pas tarder à se saisir de ces questions.
Le WWF a calculé l’empreinte écologique d’un salarié devant son ordinateur

Tweet

Forward

Share

Copyright © 2017 Arengi, All rights reserved.